Le danseur des solitudes

15,20

Un essai de Georges Didi-Huberman consacré à la danse d’Israel Galván.

UGS : 9782707319586 Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Description

Georges Didi-Huberman, éditions de Minuit, coll. Paradoxe, Avril 2006, 186 p., 15.20€, EAN 9782707319586

« J’ai vu, un jour, dans les Alpujarras, un oiseau immobile dans le ciel. C’était un petit rapace. Son corps, à mieux y regarder, esquissait bien quelques gestes infimes : juste ce qu’il fallait pour demeurer dans le ciel en un point aussi précis qu’intangible. Sans doute était-ce le sitio convenable pour bien guetter sa proie. Mais il lui avait fallu, pour cela même, renoncer à voler vers un but, ne surtout pas “fendre l’air”, tout annuler pour un temps indéfini. C’est parce qu’il s’était placé contre le vent – parce que le milieu, l’air, était lui-même en mouvement – que le corps de l’oiseau pouvait ainsi jouer à suspendre l’ordre normal des choses et à déployer cette immobilité de funambule, cette immobilité virtuose. Voilà exactement, me suis-je dit alors, ce que c’est que danser : faire de son corps une forme déduite, fût-elle immobile, de forces multiples. »

Il ne s’agit, dans ce livre, que de regarder et de décrire philosophiquement, autant que faire se peut, un grand danseur de baile jondo, Israel Galván. Il s’agit de reconnaître dans son art contemporain un art de « naissance de la tragédie ». Il s’agit d’écouter son rythme et de reconnaître dans ses mots – au moins trois d’entre eux : la jondura ou « profondeur », le rematar ou l’art de « mettre fin » et le templar, intraduisible – de grands concepts esthétiques que notre esthétique ignore encore.

Critique de Louis-Julien Nicolaou sur Flamencoweb.

Informations complémentaires

Poids 210 g
Dimensions 2 × 14 × 19 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le danseur des solitudes”

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.